Interview : les fondateurs du compte @ilovenoailles

Noailles est une quartier bouillonnant, plein de saveurs et de couleurs. Ils regorgent de marseillais authentiques. Il ne fait pas l’unanimité, et c’est avec une intention positive que nous avons interviewé les trois dirigeants du compte Instagram @ilovenoailles.

Ce compte reposte vos plus belles photos de noailles et nous avions envie de leur poser quelques questions afin d’en savoir plus sur leurs leitmotivs, leurs visions et leur démarche.

Les trois amis reviennent également sur le drame de la rue d’Aubagne. Un bouleversement qui n’a laissé aucun marseillais indiffèrent. Entre indignation et tristesse, I LOVE NOAILLES, revient sur cet épisode tragique.

crédit photo @zozoliina

Ichtus Magazine

1) Bonjour, présentez-vous en quelques lignes.

I LOVE NOAILLES

Nous sommes un trio d’amis, habitant Noailles, aux alentours de la quarantaine, passionnément en amour de notre quartier. 

Nous souhaitons rester « anonymes » par rapport à notre compte instagram @ilovenoailles pour plusieurs raisons :

– Que chacun(e) puisse s’identifier et s’emparer de notre initiative en utilisant le #ilovenoailles. Le compte n’est pas « personnalisé »  : on ne se pose pas la question de connaître nos origines, savoir si nous sommes jeunes, vieux, maigres ou gros, moches ou beaux, bobos, ou hippies…

– Ne pas être confrontés à des « pressions » de publications : rester libres de publier ce qui nous touche ou nous semble important. Cela nous permet de coller à nos humeurs, nos convictions ou nos coups de cœurs photographiques… mais aussi peut-être de nous prémunir d’un mélange de genre en distinguant notre vie d’habitants du quartier et le compte insta.

– Enfin et surtout parce que les vrais « stars » de notre compte sont les habitants, les commerçants et tous les gens qui y passent, flânent, font leurs emplettes, posent devant un objectif… C’est vraiment cette diversité que nous souhaitons mettre en valeur.

Nous ne faisons que reposter vos photos, l’idée étant de constituer une mosaïque colorée et vivante, à l’image du quartier.

Nos habitué(e)s  utilisent le #ilovenoailles pour qu’on puisse retrouver facilement les photos, mais on les recherche aussi par localisation et autres # comme #noailles, #ruedaubagne ou encore #placedescapucins

En relayant vos regards, les initiatives du quartier et les différents évènements qui s’y déroulent, on essaye de partager avec une dose d’humour, de sérieux parfois la richesse du quartier.

Ichtus Magazine

2)    Comment est venue votre passion pour le quartier de Noailles ou « Le ventre de Marseille » comme on dit si bien ?

I LOVE NOAILLES

Parce qu’on est supers gourmands et qu’on aime croquer la vie, alors le ventre de Marseille a été une évidence pour nous !!! 


Plus sérieusement, nous avons la chance d’avoir choisi d’y vivre, depuis plus de 10 ans pour l’une d’entre nous. L’amour du quartier a été ensuite contagieux pour les deux autres…Vivre au cœur de la seconde ville de France tout en ayant une vraie vie de quartier, quasiment une vie village, ça n’a pas de prix ! 


On y apprécie la mixité, les sourires quotidiens. L’anonymat dans le quartier n’existe pas, tout le monde se connaît alors même que plusieurs milliers de personnes passent tous les jours dans nos rues !
Les effondrements de la rue d’Aubagne nous ont profondément touchés. Entre colère, tristesse et rage, nous nous sentions totalement démunis et ébranlés. Comment un tel drame a-t-il pu se produire ? Nous regardions, tous les trois, les informations, en boucle, les articles, témoignages… Nous avons passé des jours entiers à ne penser qu’à ça, sans pouvoir fermer l’œil.
Nous avons aussi lu et entendu beaucoup de commentaires très négatifs sur Noailles (« quartier pourri », « quartier coupe-gorge », « quartier de miséreux » et on en passe…).

Certes, l’une d’entre nous habite dans un immeuble qui a subit des nombreux périls, a aussi été délogée. Nous cohabitons régulièrement avec des souris, rats, cafards (et nous n’aimons pas ça du tout, du tout…).  Cependant, pour nous, Noailles, ce n’est pas que ça, loin de là… 


En complémentarité de toutes les initiatives citoyennes et élans de solidarité qui ont émergés à ce moment là, et pour lesquelles nous nous sommes aussi investis, nous avons eu besoin de ne pas être qu’amertume et colère. Nous avons eu envie de partager aussi un peu d’espoir et de joie. Un autre moyen pour nous d’apporter notre pierre à l’édifice et rendre un peu de dignité à notre quartier. Ce compte, que nous avons créé une semaine après les effondrements, était une sorte de catharsis.  

Il est important pour nous que tout le monde puisse comprendre à quel point ce quartier est chouette et plein de trésors : l’ami, l’enfant, le collègue de travail, la cagole, le voisin, le dealer au coin, le commerçant, le vieux, le touriste, la personnalité publique.. Enfin, mettre en valeur toutes ces personnes qui font la richesse et la spécificité du quartier.

crédit photo : @erik.d_mars

Ichtus Magazine

3)    Est-ce qu’il s’agit de de votre seule et unique activité ?

I LOVE NOAILLES

Oh que non ! Nous sommes hyperactifs, le travail, les enfants, les loisirs, les amis, les voisins, les emmerdes… Une vraie vie épanouie de citadingues.

crédit photo : @severine_kpoti_photographie

Ichtus Magazine

4)    Comment décririez-vous Noailles ? Y habitez-vous ?

I LOVE NOAILLES

Noailles, c’est notre quartier effectivement, nous y habitons tous les trois. C’est un quartier vrai, encore authentique, où se mélangent des enseignes historiques, des taxiphones, des magasins de perruques et des petites échoppes, des influenceurs à la renommée mondiale (bon peut-être qu’on s’enflamme un peu !!! Mais on en croise parfois quand même !) et surtout des stars made in Noailles (spéciale dédicace à Rosy, Sabri, Thérèse, pour ne citer qu’eux, alors qu’ils sont trèèès nombreux !!!), des papys endimanchés et des mères de famille, des très bonnes tables et des kebabs. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Bref, Noailles c’est un joyeux bazar, une jolie zizanie. 

crédit photo : @choglamsar

Ichtus Magazine

5)    2020 est une année pas comme les autres, comment la vivez-vous ?

I LOVE NOAILLES

Nous tentons de prendre du recul, de rester positifs…On peut d’ailleurs voir surgir la solidarité en ces temps difficiles. Mais on voit aussi combien c’est difficile pour les commerçants et bon nombre d’habitants, pour certains en grande précarité, de se retrouver confinés dans des appartements, parfois minuscules, insalubres…

C’est donc parfois un sourire en demi-teinte que nous arborons sous le masque, mais un sourire quand même, en espérant qu’il soit contagieux. Comme le disait André COMTE SPONVILLE « le maximum de bonheur dans le maximum de lucidité ».. Nous tentons, comme tout le monde, de rechercher le bonheur, sans nier la réalité.

crédit photo : @chiara_gioncardi

Ichtus Magazine

6)    Quels sont vos projets pour cette fin d’année, un petit secret à nous dévoiler concernant Noailles ?

I LOVE NOAILLES

Le confinement risque d’entraver certains projets, on se concentre donc sur l’essentiel, passer du temps avec nos proches. Pour les petits secrets nous n’en n’avons aucun, nous les partageons tous sur le compte. D’ailleurs, n’hésitez pas à le regarder régulièrement : et oui, c’est ça aussi Noailles : la générosité 😉

crédit photo : @damienchamcirkan

Ichtus Magazine

7)    Mis à part, votre activité actuelle, est-ce que vous avez d’autres rêves ou des projets pour l’avenir ?

I LOVE NOAILLES

Pour le quartier, notre rêve le plus fou est, bien sûr, que toutes les personnes délogées puissent être réintégrées dans leurs logements, que les immeubles soient confortés et mis aux normes et qu’une réelle politique concernant le logement insalubre soit mise en place. Cela ne passera que par un réel investissement des pouvoirs publics. Mais nous gardons espoir !


Notre second rêve serait que le « Vivre Ensemble », une des qualités premières de Noailles, perdure malgré tout. Malgré la gentrification, malgré l’inflation immobilière, malgré la montée des extrêmes, quels qu’ils soient : politiques, religieux ou économiques, malgré la situation sanitaire actuelle.


Et parce qu’auprès du génie de la lampe, on a toujours le droit à 3 vœux : pour notre rêve numéro 3, le seul « Vivre Ensemble » que nous souhaiterions voir éradiquer, c’est la cohabitation forcée avec la foultitude de ratatouilles, rongeurs et autres nuisibles…


Pour le compte, nous songeons à des petites actions « défi photos » pour soutenir nos commerçants qui, par la situation actuelle, sont mis à mal. En effet, notre crainte est que certains soient obligés de mettre la clé sous la porte. On fourmille d’idées mais le temps nous manque parfois pour les concrétiser.

crédit photo : @didiervdr  

Ichtus Magazine

8)     Pensez-vous que Noailles puisse apporter quelque chose de différent à Marseille ?

I LOVE NOAILLES

Dans cette époque presque déshumanisée où le contact humain est entravé par les gestes barrières, où la distanciation sociale devient la norme, où les forces politiques divisent plus qu’elles ne rassemblent, où la culture de la peur est omniprésente, il nous semble que Noailles est gage d’espoir. 
Ici, on cohabite et par là-même on coexiste.

Noailles n’est pas forcément différent, Noailles c’est un concentré de Marseille à l’état pur, brut, cosmopolite.

crédit photo : @_charlotte_cohen

Ichtus Magazine

9) Quels conseils donneriez-vous aux marseillais et éventuels touristes pour les convaincre de passer par Noailles ?

I LOVE NOAILLES

Il y a effectivement du boulot pour déconstruire certains clichés bien ancrés (en commençant par les nôtres). Notre discours est peut-être un peu facile, mais il est avant tout bienveillant et positif. Nous avons eu plein de merveilleuses réactions qui nous poussent à alimenter notre page insta, mais il faut savoir aussi que même si elles sont marginales, nous avons eu, parfois, des réactions assez violentes « la végétalisation ne résout rien », « vous cachez la misère », « vous publiez des trucs de bobos », « vous encouragez la gentrification »… 

 
Rassurez-vous, nous ne sommes pas des bisounours, nous avons bien conscience de tous les problèmes de notre quartier, pour les subir aussi au quotidien. Nous agissons, à la mesure de notre possible et de nos moyens, en tant que citoyens et habitants au quotidien, ce qui est une chose. Nous voyons notre compte insta comme une autre manière d’agir, complémentaire. Nous essayons de varier les contenus aussi, pour sensibiliser le plus d’auditeurs possibles. Le but est de faire évoluer leur image du quartier sans en changer son identité, la nuance est énorme.


Le meilleur conseil qu’on puisse donner aux marseillais et aux touristes est de ne pas avoir peur de son prochain, ne pas avoir peur de pousser des portes, d’aller à la rencontre de l’autre, de s’aventurer, de découvrir et de s’émerveiller de tout ce qui fait Noailles : les couleurs, les sourires, les odeurs d’épices, les fameuses spécialités culinaires, certes, le tout au milieu de poubelles qui débordent et des gens qui parlent très fort, mais un peu comme partout dans Marseille finalement…On vous fait l’éloge du risque, mais vous verrez, vous ne serez pas déçus !!! Noailles a de quoi être fier et digne !

crédit photo : @leyaktondu

Ichtus Magazine

10) Enfin, quelles sont vos adresses préférées de Noailles ?

I LOVE NOAILLES

Il y a tellement de bonnes adresses à Noailles, qu’on ne peut que vous inviter à explorer par vous même. Bien sûr, n’hésitez pas à partager vos découvertes avec nous : #ilovenoailles 😉 Grâce à vous d’ailleurs, nous découvrons encore tellement de choses sur le quartier !!!!


Bien sûr, nous ne pouvons pas citer tout le monde. De plus, certaines enseignes ont déjà une belle renommée de part la qualité de leurs produits et services. Vous les connaissez certainement (et si ce n’est pas le cas, on ne peut que vous encourager à y aller !) comme l’herboristerie du Père Blaise, la quincaillerie Maison Empereur, les restaurants Pizza Charly, Chez SauveurYima, La Mercerie,  ou encore la Maison Saint Louis, l’épicerie L’Idéal, les boutiques de Jiji La Palme D’Or, les fleuristes Intuitive et la Quique, la boutique de vêtements professionnels A La Cigale, la laiterie Chez Jacques, fils et petits-fils pour du lait entier et lait caillé en provenance directe de leur ferme de Saint Antoine.


Nous vous proposons de découvrir aussi ces adresses, peut-être un peu moins connues mais tout aussi authentiques


– Le restaurant Pastel World, 29 rue d’Aubagne, 09.83.48.31.33. Vous pourrez y déguster le monde entier, ses saveurs, ses épices, ses spécialités, le tout regroupé dans des petits chaussons fourrés. Il en a même pour les végétariens ! Et vous pouvez même commander pour emporter !


– Le restaurant Le comptoir des beaux arts, 15 rue Rodolphe Pollak. De la chorba à la méchouia, en passant par le plat du jour, tout y est, même le rapport qualité/prix !!! Et surtout, n’hésitez pas à repartir avec une Kesra toute chaude, vendue juste à côté.   

 – Le restaurant syrien, Les portes de Damas, 94 rue d’Aubagne, 06.10.87.26.52. La décoration chaleureuse et les tentures vous envelopperont pour déguster de très bons plats faits-maison pour un prix très abordable !  


– Pour les amateurs de de couscous : du Fémina, 1 rue du Musée, dont la spécialité est la graine d’orge, en passant par le Soleil de Cartage, 28 rue de l’Académie, vous devriez trouver votre bonheur ; )
 On vous conseille aussi les différents mélanges à salade (à saupoudrer aussi sur du riz ou de la semoule) de chez Saladin, 10 rue Longue des Capucins.


– Testez les excellentes pastillas au poulet et aux amandes de la boulangerie Les délices du Marché, 23 rue du Musée .


– Vous trouverez de très bonnes adresses pour manger un kebab mais, pour changer, on vous propose de déguster les délicieux chapatis (au chawarma ou au thon, nos préférés) Snack Koujina Express de Chez Yassine, 5 rue d’Aubagne.
– L’épicerie exotique 

TAM-KY, 5 rue Halle Delacroix. Outre le choix hallucinant de pâtes, épices, légumes, surgelés, n’hésitez pas à tester leurs rouleaux de printemps au rayon traiteur. 

– La boutique Saloum Couture, 54 rue d’Aubagne, tailleur sur mesure ! Un vrai créateur de sac, bijoux, bob en wax et autres nœuds papillon, de quoi faire de jolis cadeaux originaux ou juste avoir la méga classe !


– Pour de la seconde main, on reste écolo, toujours, Joli Rouge, 72 rue d’Aubagne, entre brocante et friperie ou encore le Recyclodrome, 47 rue d’Aubagne, association vous permettant d’acheter meubles, fringues, objets de décoration, tout en réduisant les déchets et en favorisant le  réemploi…


– Les authentiques hammams de la rue de l’Académie : Les Bains d’Or au 24, Spa Djerba au 26 et Rafik au 14. N’hésitez pas à pousser une de leurs portes, vous serez accueillis avec le plein de sourires et de chaleur ! Peau douce à la sortie assurée ! Attention ça décape !!!!


– Et enfin et surtout, pour boire un pastis bien frais (attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé), nous vous conseillons le Bar du peuple30 boulevard Garibaldi, Mon bar, 2 rue d’Aubagne ou encore au Café Pinder, 1 rue du marché des capucins ou encore un bon thé à la menthe chez La Marsa, 11 rue Rouvière après avoir parcouru le marché des capucins pour y trouver vos 5 fruits et légumes, nécessaires à votre bonne santé 🙂 D’ailleurs à la vôtre !!!!

 

Nicolas

Un méditerranéen passionné de mode, d'art, de culture et de spiritualité

Articles recommandés

Laisser un commentaire