Interview : Nicolas Veidig-favarel, Double V Gallery

Marseille fait preuve de générosité au sens large du terme. Elle nous offre un magnifique territoire ou les possibilités sont grandes. La mode, l’art et la culture y sont magnifiés au travers de personnes qui font de cette ville, une citadelle aux multiples facettes.

Nicolas Veidig-Favarel fait parti de ces personnes que nous suivons régulièrement et dont le travail mérite un focus particulier. C’est au 28 de la rue Saint-Jacques, dans le 6eme arrondissement de Marseille, au sein de sa galerie : Double V Gallery, que nous discutons avec Nicolas.

Notre dialogue a bien évidemment été centré sur l’art méditerranéen, mais aussi de Marseille et de ses caractéristiques si originales, de rêve ou encore de cette année de crise sanitaire que nous vivons.

La dernière exposition s’est terminée il y a peu :

« THE SPACE BETWEEN HOW THINGS ARE AND HOW WE WANT THEM TO BE » Gethan&Myles

@mecenesdusud @tchikebe « IN THE MIDDLE OF NOTIME, A LOCKDOWN FAIRYTALE »

À venir : @florentgroc, janvier 2021

Conversation :

Ichtus magazine

1) Bonjour Nicolas, présente toi en quelques lignes ?

Nicolas Veidig-Favarel

Je m’appelle Nicolas Veidig-Favarel, j’ai 30 ans et je suis le directeur de la Double V Gallery à Marseille. Installée depuis bientôt 4 ans, elle représente la nouvelle scène française et internationale ici sur notre territoire et puis aussi à Paris et à l’étranger.

Ichtus magazine

2) Quel est le concept de Double V Gallery ?

Nicolas Veidig-Favarel

Le concept c’est de créer un rapport et un lien entre un artiste et un galeriste d’une même génération mais aussi un collectionneur puisqu’il s’agit d’une aventure collective où chacun à un rôle et presque une responsabilité pour accompagner un artiste dans son développement. C’est une aventure qui devient presque amicale, familiale tout en restant évidemment professionnelle. Il s’agit de faire le chemin ensemble le plus longtemps possible.

L’idée est également de construire une galerie prospective. Cela signifie que la galerie va chercher les artistes au début de leur carrière pour les accompagner dans leur développement dès le départ. À ses débuts, l’artiste ne peut pas forcément s’appuyer ou se rattacher à la valeur du marché pour convaincre ses futurs clients et collectionneurs. Il ne peut se baser que sur son talent et la qualité de son travail prometteur pour la suite, donc c’est vraiment un engagement et un risque permanent mais c’est aussi ce qui est très excitant.

Ichtus magazine

3) Quels sont les artistes à venir dans la galerie ?

Nicolas Veidig-Favarel

Florent Groc en Janvier 2021. il s’agit d’un artiste que je suis depuis le début. Il aura carte blanche.

Ichtus magazine

4) Que dirais-tu de la position de l’art à Marseille ?

Nicolas Veidig-Favarel

Je dirais que Marseille est un territoire extrêmement fertil pour la création. C’est une ville qui accueille et qui attire de plus en plus d’artistes et de créatifs au sens large parce que la vie est douce, la nature nous entoure. Beaucoup de choses d’éléments humains et sociaux sont réunis pour attirer les artistes.

En France le milieu et le marché de l’art sont centralisés à Paris donc c’est difficile de contourner la ville ou de ne pas y passer pour travailler efficacement . Marseille est un peu en second plan, comme d’ailleurs toutes les autres villes de France.

Marseille est quand même pour moi un aimant de plus en plus attractif pour les acteurs du milieu de l’art. Marseille et puis le sud aussi au sens large. Je vous invite à regarder ceux qui compose le réseau plein sud du milieu de l’art. Chaque été, notre territoire attire de plus en plus de visiteurs intéressés par l’art, de Montpellier jusqu’à Monaco, en passant par Marseille, Hyères, Porquerolles toutes les villes qui vont ponctuer ce chemin jusqu’à la Côte d’Azur.

Ichtus magazine

5) Nous sommes dans une année extrêmement particulière, comment l’as tu vécu ?

Nicolas Veidig-Favarel

Cette année de crise est arrivée à un moment de développement important pour la galerie. Elle nous a permis de nous concentrer sur des missions de fond qu’on ne prend pas toujours le temps de traiter ou d’étudier quand on est emporté par le quotidien et toutes les missions qui nous tombent dessus. Elle a permis aussi de se re-concentrer sur nos missions phares, sur nos stratégies et la façon dont on veut se développer à l’avenir. Pour le reste, évidemment on a du accentuer notre travail digital mais aussi réapprendre à faire attention à ce qu’il se passe au niveau local, avec notre environnement, notre réseau et les personnes qui nous suivent ici. Il a fallu également poursuivre comme ça le tissage de lien avec des collectionneurs, des visiteurs éclairés ou des amateurs sur notre territoire. Par exemple, l’exposition qui a été ouverte après le confinement de Maximilien Pellet a vu ses oeuvres céder à des collectionneurs locaux. C’est très positif parce que souvent on dit qu’à Marseille, il se passe très peu de choses d’un point de vu du marché de l’art. Accentuer le travail digital, renforcer les liens sur le territoire local et sinon se concentrer sur les nouvelles missions à venir.

Ichtus magazine

6) As-tu d’autres rêves ou projet pour les prochaines années ?

Nicolas Veidig-Favarel

Beaucoup, beaucoup… D’abord c’est évidemment l’envie de continuer à grandir avec mes artistes et de les exposer dans des conditions de plus en plus précieuses, que ce soit dans l’espace de la galerie à Marseille bien sûr à Paris bientôt, j’espère. Ensuite, dans des contextes de salons et de foires qui sont vraiment les éléments qui rythment le calendrier du marché de l’art mondial, mis à mal par le Corona virus, et qui ont tous été reportés vers des formats digitaux. Lorsque cela va reprendre, mon rêve, est d’emmener les artistes à Art Basel à Bâle mais aussi à Art Basel Miami qui sont les plus grandes foires du monde. Le chemin reste assez long encore pour y arriver mais c’est mon objectif.

Ichtus magazine

7) Que dirais-tu à nos lecteurs qui veulent réaliser leurs rêves ?

Nicolas Veidig-Favarel

Déjà de trouver son rêve. Avant de savoir ce que l’on veut faire, il faut savoir ce que l’on ne veut pas faire. Donc procéder par élimination en enchaînant des expériences variées. Il ne faut pas baisser les bras, il faut saisir chaque opportunité. Être dans un état d’esprit qui permet de provoquer des rencontres déterminantes. Je pense que ce n’est qu’une question de rencontres concernant ce qui peut nous arriver dans notre vie. C’est là où le Corona est dur parce que cela nous empêche de nous rencontrer, de nous côtoyer. Je pense que c’est vraiment l’humain uniquement qui nous permet de franchir des étapes et d’arriver donc à réaliser ses rêves. Également de rester en éveil, de travailler et de se donner les moyens de faire les bonnes rencontres.

Ichtus magazine

8) Les 5 adresses marseillaises dont tu ne peux pas te passer ?

Nicolas Veidig-Favarel

Les Majuscules, antiquaires, encadreurs, marchands de tableaux. 30 rue Saint-Jacques, 13006, Marseille

Relax Factory : tapissier, mobilier design et restauration de sièges et décors. 16 rue Fort Notre Dame
13007 Marseille

Kokanas : Nouvelle galerie d’art. 53 Chemin du Vallon de l’Oriol, 13007, Marseille, France

Ad Interior : mobilier design et solutions d’aménagements pour vos intérieurs. 14 Rue Edmond Rostand, 13006 Marseille

Julie Pailhas, Objets Inanimés : Uniquement a retrouver sur son site (en construction) : des objets d’arts, oeuvres d’arts, mobilier et design

Articles recommandés

Laisser un commentaire