Fin de mon activité de créateur de contenu ? PART I

Arrêter d’être créateur de contenu ? Non, mais l’idée de reprendre un travail oui. La décision a été prise à la fin du second confinement. Une décision difficile, mais mûrement réfléchie. 

Laissez-moi vous faire un récapitulatif rapide de ces quatre dernières années :

J’ai commencé mon activité en janvier 2017, le cœur plein d’espoir. J’ai su très vite faire ma place dans la blogosphère. En effet, les créateurs de contenus masculins ainsi que les community manager se faisait rare à cette époque. Mon nombre d’abonnés Instagram a très vite grimpé au détriment de mon réseau, qui lui n’était pas bien fourni. Je me suis donc retrouvé en début d’année 2018 à chercher un travail. Par conséquent, j’ai mis mon activité de côté. Je l’ai relancée le 1er janvier 2019 en m’associant avec Angélique.

Ichtus Évènement est né, puis Ichtus Journal et enfin Ichtus Magazine en septembre 2020. Une constante évolution dans mon entreprise, mais aussi en tant que personne. Je suis fier de ce que j’ai accompli tant professionnellement que personnellement. 

J’ai pris la décision de me développer spirituellement, physiquement et psychologiquement depuis que j’ai lancé mon entreprise. J’ai, en quelque sorte, grandi en même temps qu’elle. Je peux dire aujourd’hui que je ne suis plus la même personne, malgré le chemin qui me reste à parcourir. 

Je suis passé par différentes étapes d’acceptation concernant le fait de chercher un travail en temps partiel et de mettre de côté mon activité de créateur de contenu. Mon plus grand rêve est de vivre de ce que je fais. (Ichtus Magazine, influence, création de contenus, collaborations…), mais cette année, particulièrement compliquée pour beaucoup, ne m’a pas épargné.

ÉTAPE 1 : RETROUVER UNE RELATION DIVINE

Pendant ma recherche effrénée de satisfaction personnelle et professionnelle, je ne m’étais même pas rendu compte que je faisais fausse route. Ainsi, ma relation intime avec Dieu s’est altérée, jour après jour. Sans que je m’en aperçoive. J’étais tellement préoccupé par le fait de vouloir gagner de l’argent en tant que créateur de contenu que mon ambition et ma détermination (que je faisais grandir intentionnellement) avaient pris la première place dans mon cœur.

Je n’avais plus de paix depuis le mois le septembre. Je m’en étais aperçu, mais j’ai passé la plupart de ma vie sans elle. Par conséquent, j’ai pensais, tout naturellement, que mes anciennes mauvaises habitudes tentaient de reprendre le dessus. J’ai étouffé cette voix intérieure qui me disait que je n’étais plus dans le bon plan en tant que créateur de contenu. Jusqu’à ce que cela me frappe en pleine figure durant les daily vlog du mois de novembre. 

Une cagnotte Ulule complètement ratée. De moins en moins de contrats rémunérés à cause de la crise sanitaire. Une construction de sessions de coaching pour aider les gens sans mentionner une seule fois les bienfaits que Dieu avait pu faire dans ma vie. Ma relation avec Angélique presque détruite.

Ces deux derniers mois ont été stressants et angoissants. Néanmoins, je n’ai jamais manqué de rien. Ma créativité, pour accomplir ma tâche en tant que créateur de contenu, a été au beau fixe. Cela étant dit, la joie et l’excitation que j’éprouvais concernant mon activité se sont amoindries au fur et à mesure que mon désir d’argent augmentait. 

Mais n’est-ce pas légitime ? Quand on a un loyer à payer et une entreprise à faire tenir, il me semble cohérent de faire son maximum pour les maintenir à flot. Et bien non, en tout cas cela ne devrait pas l’être au détriment de la paix. 

Je me suis rendu compte de cet éloignement bien assez tôt pour ne pas tomber définitivement. (si vous avez lu mes précédents articles, vous savez que j’ai eu des problèmes de drogues et une sexualité malsaine). Cela étant dit pas assez vite pour continuer de faire prospérer mon activité. 

Comment j’ai pu me laisser emporter autant par mon ambition ? Comment j’ai pu m’éloigner à ce point du plan, tout en étant absolument sûr de ce que je faisais ? Pourquoi je me retrouve, après deux ans d’activité à vivre de ma passion, à postuler à des offres d’emplois à mi-temps, alors que je suis en train de réaliser mes rêves ? Même s’il ne s’agit que d’un mi-temps et que mon activité ne s’arrête pas, j’ai pris une gifle.

Après les daily vlog, le calendrier de l’avent et les fêtes de Noël, j’ai pu me pencher petit à petit sur ce que je voulais. Il se trouve que je ne suis pas perdu, mais déboussolé. Je me bats contre une lassitude de ne pas voir les fruits de mon travail en tant que créateur de contenu et directeur de publications, être à la hauteur de mes espérances. J’ai compris qu’il s’agissait ici d’un problème de gratitude.

En somme, si je ne suis pas capable d’apprécier ce que j’ai maintenant, pourquoi j’aurais plu ? N’êtes-vous pas d’accord ? 

Actuellement, je ne sais plus quel est le plan de Dieu pour ma vie et si mes rêves sont toujours en adéquation avec ceux-ci. Je sais juste que je vais continuer d’avancer, même si c’est moins vite en ce moment. Je continue de me dire tous les jours que je suis quelqu’un de bien, que j’ai de la valeur, que je suis aimé et que je suis unique aux yeux de Dieu, car c’est vrai. 

‭‭Jérémie‬ ‭31:3‬

« Le peuple disait : “De loin, le Seigneur s’est montré à moi.” Et je lui ai répondu : “Je t’aime depuis toujours et pour toujours. C’est pourquoi je reste profondément attaché à toi. » 

Je sais que j’aime être créateur de contenu. J’aime créer des images poétiques et sensibles afin de toucher le cœur des gens. Je me plais à écrire ces lignes pour la même raison. J’aime aider les associations et les gens, j’aime Jésus, et surtout, je sais qu’il m’aime, qu’il t’aime. 

Cette situation ne m’inquiète pas plus que ça. Je veux juste, sans me mettre de pression, retrouver cette énergie créatrice et lumineuse que me procure ma foi pour continuer d’avancer avec la joie et l’excitation que j’avais il y a un peu plus d’un mois. 

Ça arrivera. Je reste calme, patient, dans l’observation et à l’écoute. J’ai confiance. 

ÉTAPE 2 : GÉRER L’EGO

Sans doute la chose la plus compliquée. Je suis passé par des sentiments de honte, d’échec, de colère. Devoir reprendre un travail m’a mis un coup au moral, car j’étais sûr que tout l’investissement que j’avais donné, toute l’énergie que j’avais investie allait payer, sauf que le covid-19 a mis à l’arrêt les budgets de communication et mon compte en banque s’est vu affaibli, petit à petit. 

Mon ego a pris a été blessé, mais après réflexion, je me suis dit que c’est justement ce dont j’avais besoin, car comment faire ce que je fais si je laisse l’orgueil prendre le dessus ? Qui suis-je pour exiger quoi que ce soit ? Après tout il ne s’agit que d’un mi-temps et non l’arrêt définitif de ma passion. Il ne s’agit pas non plus de l’interruption de mes rêves. Cela signifie plutôt que je dois m’adapter à la nouvelle situation et y faire face positivement en croyant que les choses iront dans mon sens au final. 

De nombreuses fois j’ai eu envie d’abandonner en essuyant mes larmes, mais je me suis toujours repris. Comment ? 

Grâce à mes routines. Celles que j’ai mises en place depuis le 14 juin 2020 précisément. Elles m’ont maintenu la tête hors de l’eau. Vous le savez peut-être déjà, mes routines du matin et du soir nourrissent mon corps, mon âme et mon esprit. Je suis en quelque sorte obligé de me les imposer étant donné mon lourd passé. 

ROUTINE DU MATIN (du lundi au samedi) : entre 6 h et 9 h : vidéos de développement personnel, prêches, lecture, sport, proclamation de mes rêves à voix haute… vous pouvez voir comment je fais dans cette vidéo YouTube : Morning Miracle.

ROUTINE DU SOIR : lundi jeûne et lecture (bible, livre de développement personnel), mardi films et vin, mercredi prédications (Joyce Meyer, joseph Prince), jeudi jeux de cartes, louange et vin, vendredi documentaire culturel positif, samedi et dimanche peu importe, selon l’envie. 

Mes routines m’ont permis de rester positif et de garder mon énergie, ma vie spirituelle et mon travail vivant. J’ai besoin de ces choses pour m’épanouir et grandir. Cela me permet de rester persévérant et d’être renouvelé dans mon corps, mon âme et mon esprit. 

Je ne saurais même pas quoi faire si je devais abandonner maintenant. Où irais-je ? C’est comme si j’avais trop avancé pour me permettre de reculer (même si c’est possible : je prends garde, moi qui suis debout, à ne pas tomber « 1 Corinthien 10.12 ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! “).

ÉTAPE 3 : NE JAMAIS CESSER D’Y CROIRE 

Je suis intimement convaincu que ma valeur n’est pas dans ce que je fais, mais elle se trouve dans qui je suis. Cette expérience de la quête d’argent, de l’ambition et de la détermination, même si c’était pour accomplir le plan divin, m’ont montré que, si je voulais avoir une vie de paix et de joie, je devais avant tout faire prospérer ma relation avec Dieu. Suivre la lumière, choisir d’être positif, ne jamais cesser de croire que toutes choses concourent pour mon bien et que le meilleur est à venir. 

En attendant, je continue de poster mes photos et d’écrire des articles tout en cherchant un mi-temps, qui je l’espère, m’aidera à grandir, à rester dans une attitude reconnaissante et à comprendre que rien n’est acquis. 

Malgré la lassitude, j’attaque 2021 avec espoir et confiance. 2021 ne sera pas exceptionnelle parce que 2020 a été compliquée, 2021 sera exceptionnelle parce que je crois que mes choix, mes décisions et ma foi rendront ma vie excitante, joyeuse et créative.

Le croyez-vous aussi ?

Nicolas Lopez

Découvrez d’autres témoignages spirituels un méditerranéen

Ici, un autre article que j’ai beaucoup aimé écrire “lettre à mon futur moi (celui de 2030)“. Un excellent exercice pour permettre à ton toi d’aujourd’hui d’imaginer ce qu’il sera dans 10 ans. Qu’est-il possible de mettre en place pour y arriver ?

Recommended Articles

5 Comments

  1. Magali

    Félicitations pour t’être livré ainsi, à cœur ouvert !
    Je te souhaite tout le meilleur à venir et surtout ne cesses jamais de croire en tes rêves …
    Je t’embrasse affectueusement
    Magali

    1. Nicolas

      Merci infiniment pour tes mots si justes et doux Magali ! Je t’apprécie beaucoup et j’aime ton travail et ta créativité que je trouve si spirituelle.
      Je t’embrasse fort !
      Nico

  2. […] Comment après deux ans d’activité, je me retrouve à chercher un mi-temps à cause du covid … […]

  3. […] Comment après deux ans d’activité, je me retrouve à chercher un mi-temps à cause du covid ? PA… […]

  4. […] Je vous mets ici en lien l’article ou j’explique ma routine matinale. (c’est dans le grand 2 de l’article « ETAPE 2 : gérer l’égo« ) […]

Laisser un commentaire