PORTRAIT : Emmanuelle Oddo, directrice artistique

Le portrait d’Emmanuelle Oddo, directrice artistique, nous a beaucoup inspiré. Nous avons pu échanger sur ses différentes activités mais aussi sur ses inspirations ou encore ses adresses favorites marseillaises.

Grâce à son agence de direction artistique, « Piece a part » elle permet de créer des projets pour mettre en avant ce qui se fait de mieux dans le monde de l’art en France et d’ailleurs.

Emmanuelle a également développé un second projet beaucoup plus personnel : « Amers Books« . Elle récolte différents éléments qu’elle aime et la caractérise. En effet, cela fonctionne comme un cabinet de curiosité.

Ce projet permet de sensibiliser au maximum les gens. En bref, il est grand temps de se reconnecter à la nature et au monde qui nous entoure.

Laissez-vous inspirer

Ichtus Magazine

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Emmanuelle Oddo

Je suis née et j’ai grandi à Marseille. Je suis également directrice artistique. Après un long intermède à Paris où j’ai étudié le marketing et commencé à travailler dans l’industrie du luxe, j’ai finalement changé de voie pour rentrer vivre à Marseille et m’engager dans l’art contemporain. Je navigue aussi beaucoup : la mer tient une place importante dans ma vie et dans mes réflexions : elle m’a d’ailleurs menée à mon dernier projet en date, Amers Books, lancé en janvier 2021.

Ichtus Magazine

Tu es directrice artistique de  » Piece A Part  » et  » Amers books « , raconte-nous leur histoire ?

Emmanuelle Oddo

Piece A Part est née il y a trois ans, c’était à l’origine un projet curatorial visant à imaginer des expositions itinérantes d’art et de design, mises en scène dans des lieux domestiques. Le projet s’est rapidement transformé en une agence de direction artistique qui accompagne hôtels, marques et particuliers sur des projets artistiques pluriels : d’une part la création d’expositions, du développement de collections ou collaborations avec des artistes, d’autre part avec l’édition d’objets…

Depuis fin 2019, je collabore notamment régulièrement avec la marque Sessun, ou encore l’agence Archik, et je dois aussi beaucoup à François Champsaur qui m’a confié mon premier projet d’envergure en 2017 : une très belle mission d’achat d’art pour l’hôtel Le Bailli de Suffren, au Rayon-Canadel.Un très beau souvenir…

Je suis la directrice artistique de Amers Books, Né à l’aube de 2021. C’est un projet qui puise ses ressources dans des éléments et des considérations qui me sont chères depuis mon enfance : la mer, les livres, notre rapport aux éléments, en définitive une certaine curiosité pour les sciences naturelles.

Piece A Part est un projet très tourné vers l’esthétique : j’avais besoin d’un autre projet davantage tourné vers l’environnement, le monde physique qui nous entoure. J’ai également remarqué que la plupart des expositions que j’avais réalisé ou des critiques que j’avais rédigé quand j’étais commissaire portait sur des collaborations entre art et sciences : Elsa Guillaume avec la goélette scientifique Tara, Coraline Corbasson avec le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, Célia Gondol avec l’Institut Nucléaire de Lyon, ou encore Forlane 6 Studio qui travaille sur l’éco-anxiété, Julia Gault sur la gravité…

C’était tout à fait inconscient dans un premier temps, mais j’ai compris par la suite que l’art me parle plus quand il nous éclaire sur des concepts physiques tangibles qui régissent le monde dans lequel nous vivons.

Avec le post-modernisme, nous sommes entrés depuis les années 50 dans une ère consacrée au symbolisme : on a peu à peu délaissé les sciences naturelles pour les sciences sociales ou politiques. Mais aujourd’hui l’urgence climatique nous impose de recomposer avec notre environnement, de le comprendre et s’y adapter pour vivre avec, et non contre.

Je ne suis ni physicienne, ni ingénieur : à mon échelle, ce que je peux faire c’est sensibiliser. Sensibiliser à cette urgence de nous reconnecter à la nature. C’est ce que j’entends faire avec Amers : c’est-à-dire mener un travail de vulgarisation scientifique avec des auteurs, des artistes.

On ne peut pas demander aux gens de protéger ce qu’ils ne comprennent pas, ne connaissent pas. Et notre ignorance est immense, les sciences naturelles ne font pas parties de la culture générale : à 25 ans, c’est bien vu d’avoir lu Proust, mais on ne sait pas comment se forme un nuage, ni ce qu’il annonce, ni comment il se déplace… On est complètement déconnectés. L’idée d’Amers est de diffuser et éditer des livres et un podcast qui, par le prisme de l’art, nous amène à porter un regard plus conscient et plus sensible sur le monde.


Ichtus Magazine

D’où tires-tu tes inspirations ?


Emmanuelle Oddo

Comme beaucoup de gens surement : de mon enfance. Je retiens de celle-ci les innombrables heures passées sur l’eau (la mer et la voile étaient très présentes) mais aussi la Provence : ses oliviers, ses restanques en pierre sèche, sa vaisselle en terre cuite, ses couleurs chaudes… Et puis les livres, les bibliothèques pleines à craquer qui remplissaient la maison, la foire aux livres du cours Julien où j’allais souvent avec mon père.

Cet univers, varié, m’a sensibilisé au beau, à la nature, au vernaculaire.

Ichtus Magazine

Comment s’annonce l’année 2021 pour toi et tes activités en tant que directrice artistique ?


Emmanuelle Oddo

Amers est un nouveau projet qui me tient beaucoup à cœur, il réunit effectivement mes passions pour l’art, la mer, et l’édition. L’angle « art-science » que j’ambitionne de lui donner en fait un projet de niche, assez précis, sans concession. Il va falloir, par conséquent, trouver le public d’Amers, asseoir sa notoriété : c’est un challenge conséquent qui va demander beaucoup de travail.

Je continue par ailleurs ma collaboration avec Sessun et je dois dire que je prends beaucoup de plaisir à réunir autour de la marque artistes et artisans dont le travail me touche : c’est une véritable porte d’entrée vers des univers remplis de matières, de savoir-faire, et de passion comme la céramique, l’ébénisterie, la broderie, la sculpture… On ne s’ennuie pas !

Ichtus Magazine


Dis nous tes 5 adresses marseillaises préférées et pourquoi ?

Emmanuelle Oddo

  • alors, Chez Deep, où mon amie Zuri Camille de Souza, à la tête de Sanna, nous prépare une cuisine indienne contemporaine à tomber.
  • Sessun Alma car Emma et moi y mettons tous nos coups de coeur librairie et artisanat.
  • Chez Paul aux Goudes car j’ai tout de suite l’impression d’être en vacances.
  • Le primeur Pissenlit, rue sainte, pour leurs produits hyper locaux et de saison.
  • La Double V Gallery, toujours.

Ichtus Magazine


Mis à part, ton activité de directrice artistique, est-ce que tu as d’autres rêves ou des projets pour l’avenir ?

Emmanuelle Oddo


Oui, en effet, plein : des rêves faits de mer, de traversées à la voile, de paysages provençaux, de mas en pierre et de trésors glanés. Le projet qui réunirait toutes ces envies : naviguer jusqu’aux Baléares, et rendre également visite à mon ami François Champsaur dans son sublime refuge majorquin. C’est mon objectif pour cet été !

Ichtus Magazine


Quels conseils donnerais-tu à une personne qui veut réaliser ses rêves ? Vivre de sa passion ?


Emmanuelle Oddo

Je pense que ça demande beaucoup d’engagement et de concession mais aussi d’humilité : il faut accepter que les choses prennent du temps, accepter d’y aller petit à petit, il faut laisser les choses se dessiner, se préciser, et garder confiance en soi

Ichtus Magazine

Un événement de prévu cette année ? 


Emmanuelle Oddo

Je suis impatiente d’enfin sortir le premier livre édité par Amers : une réédition augmentée de l’ouvrage « Rien que la mer » du photographe Tomoya Fujimoto dont le travail m’émeut. Sortie prévue pour le mois de juin !

Ichtus Magazine

Si tu étais un film, une série, une musique et un livre ? et pourquoi ?

Emmanuelle Oddo

Nous sommes trop de choses à la fois, je suis toujours incapable de répondre à ces questions. Mais ce serait certainement un livre ou une musique : je regarde peu de films et encore moins de séries. Un livre ou une musique qui ne veut pas s’arrêter, de découvrir le monde et d’y danser.

Nicolas Lopez

Découvrez d’autres portraits inspirants dans la catégorie culture du magazine

Nicolas

Un méditerranéen passionné de mode, d'art, de culture et de spiritualité

Articles recommandés

Laisser un commentaire