Le Palais de la Bourse accueille le Palais 1860

« Inauguré le 10 septembre 1860 par Napoléon III, le Palais de la Bourse est un monument marseillais. Il accueille la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence qui est la plus ancienne au monde. C’est dans ce lieu chargé d’histoire que le restaurant 1860 Le Palais a ouvert ses portes. »

Le Palais 1860 a ouvert ses portes il y a quelques mois et donne de la vie à la Canebière. Suite aux différents aménagements pour rendre cette artère piétonne, la face du cœur de Marseille s’en voit complètement transformée. 

En effet, le monde afflue de part et d’autre et créer une émulation que le centre-ville marseillais avait quelque peu perdue ces dernières années.

Par ailleurs, le Palais de la Bourse, élément architectural divin, était lui aussi, éteint. L’ouverture du Palais 1860 donne de la couleur, mais aussi et surtout de la saveur grâce à sa carte et ses brunchs gourmands. Ce dernier est une nouveauté 2021 que nous avons eu le privilège de découvrir… et de dévorer. 

Justement, parlons du brunch. L’équipe Ichtus Magazine l’a testé pour vous. Il coûte 39 €, il est copieux, généreux et savoureux. En effet, la qualité des plats représente l’identité du lieu, le service est irréprochable, chic et chaleureux.

De quoi le brunch est-il composé ?

UN DIMANCHE AU 1860 39,00 € (le dimanche jusqu’à 15 h)

  • D’abord les boissons chaudes (café, chocolat ou thé)
  • jus de fruits frais pressés (orange ou citron)
  • viennoiserie (croissant ou pain au chocolat)
  • tartine miel ou confiture
  • ensuite un cake de saison
  • macaron four Dalloyau au choix
  • fromage blanc muesli-coulis de fruits rouge
  • œufs brouillés (nature, parmesan ou bacon)
  • Burratina au pesto
  • enfin des plats : pêche du jour, houmous de petits pois et salade Caesar poulet

Tous les plats sont confectionnés sur place et servit avec rapidement. Les saveurs sont maîtrisées, les cuissons savamment réalisées. 

Un sans faute. Enfin, il est possible de gagner un brunch (3 gagnants sur le profil Ichtus Magazine)

L’architecte :

Né le 26 novembre 1787 à Marseille, Pascal-Xavier Coste fut admis à l’École des Beaux-Arts de Paris dans la classe d’Architecture sous la direction de Vaudoyer. En 1814, il rencontra le géographe Jomard grâce auquel, en 1817, il fut envoyé auprès de Méhémet Ali Pacha, vice-roi d’Égypte.

Il y construisit plusieurs bâtiments publics et le canal unissant Alexandrie au Caire. Ainsi commençait pour lui une carrière d’infatigable voyageur, Pascal Coste ne devant cesser de parcourir le monde qu’à 85 ans passé où on le trouva encore en Suède et en Russie.

Ensuite des son retour à Marseille en 1829, il avait été nommé professeur à l’École d’Architecture. Le succès d’une publication consacrée à l’Architecture arabe en 1834 lui valut de faire partie d’une mission que la France envoya en Perse avec le peintre Flandin.

Il fut ainsi conduit à visiter le Proche et le Moyen-Orient. Les résultats de leurs travaux furent publiés aux frais de l’État. Pascal Coste à cette occasion fut décoré de la Légion d’honneur. Nommé architecte de la Ville de Marseille en 1844, Coste consacra dès lors l’essentiel de son activité de bâtisseur à sa cité natale.

Il y construisit notamment les marchés de la place de Rome, les pavillons et les fontaines du cours Saint-Louis, les abattoirs d’Arenc, les églises de Mazargues, Saint-Barnabé, Saint-Joseph et Saint-Lazare.

Par ailleurs, la première pierre posée en septembre 1852, commença alors l’édification du Palais de la Bourse sous sa direction, épaulée par son collègue Joseph Ferrié, également architecte de la Ville, qui fut terminée dans ses parties essentielles en 1860. 

Membre de l’Académie de Marseille depuis 1836, membre correspondant de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, estimé et admiré, Pascal Coste disparut le 7 février 1879 à l’âge de 92 ans, léguant à sa ville ses « Notes et souvenirs de voyage », ainsi qu’une précieuse collection d’albums renfermant la quasi-totalité des dessins et aquarelles réalisés durant ses nombreux séjours à l’étranger.

Le menu

ici d’autres bonnes adresses marseillaises

Recommended Articles

Laisser un commentaire