“La fille de Tipaza”, la céramique artistique

Delphine Picard a commencé la céramique voilà 15 ans à l’Atelier Céladon. L’idée d’exprimer sa créativité n’a cessé de grandir depuis et a permis de donner naissance à « la fille de Tipaza ». De la céramique, c’est exactement ce que créer Delphine avec passion, sensibilité et poésie. 

L’équipe Ichtus Magazine est friande d’histoire passionnée et passionnante. En effet, nous récoltons ces aventures artistiques afin de vous les dévoiler dans le but vous inspirer. La créativité permet que nous puissions comprendre notre mode de fonctionnement, mais elle permet encore d’apprendre à écouter nos émotions d’une manière saine, sans les laisser nous gérer. 

La création permet effectivement d’exprimer notre identité. Nous avons tous des dons et des talents uniques. Delphine fait partie de ces personnes qui nous inspirent et qui, nous sommes surs, vont vous inspirer également. Bonne lecture. 

La Fille de Tipaza, un nom chargé de sens.

C’est lors de soirées organisées autour de la littérature avec ses amis que Delphine a eu une révélation. En effet, « Noces », un essai de recueils écrit par Albert Camus en 1938, est le bouquin qui l’a bouleversé. Dans cet ouvrage, ce sont « les noces de la fille de Tipaza » qui ont retenu son attention. Ce recueil parcours les rues d’Alger et de Florence et est une ode à la nature et à la ferveur de vivre. 

« J’ai eu un énorme coup de cœur pour ce livre. Il y exprime d’une manière puissante tout ce qu’il ressent et étant près de la mer Méditerranée. Bouleversant ». 

Ce livre est le point de départ pour Delphine de tout ce qui fait la singularité de sa marque. En effet, l’identité de ses céramiques repose directement de ce recueil méditerranéen. C’est ainsi qu’elle peut exprimer sa créativité et construire de toute pièce des céramiques artistiques et poétiques. 

Des céramiques à l’âme et au parfum de Méditerranée

« La fille de Tipaza », un nom unique, qui une fois prononcé pourrait presque nous faire entendre le bruissement des vagues de la mer Méditerranée. Les créations artistiques de Delphine sont une extension de ce que représente le pourtour méditerranéen. Elle se positionne alors comme une artiste céramiste créant des œuvres d’art à part entière. 

Les personnes qui l’inspirent le plus

  • L’écrivain ALBERT CAMUS : pour son lien charnel, affectif et spirituel qui l’unit à la Méditerranée et qui s’exprime dans son recueil d’essais à caractère autobiographique, Noces. Camus y célèbre son propre accomplissement dans son union avec la mer, le vent, le soleil, la terre, les couleurs et les parfums dont il se pénètre. Il écrira « il me faut être nu et puis plonger dans la mer, encore tout parfumé des essences de la terre, laver celles-ci dans celles-là et nouer sur ma peau l’étreinte par laquelle soupirent lèvres à lèvres depuis si longtemps la terre et la mer. »
  • Le créateur SIMON JACQUEMUS : pour son désir d’hommage permanent à son sud natal et particulièrement son défilé Santons de Provence, au Mucem. Poésie, grâce, élégance, beauté de ses mannequins défilant sur la passerelle du Mucem avec en fond sonore la musique du film Jean de Florette. Tout simplement sublime !
  • Le peintre NICOLAS de STAËL : pour la lumière, les couleurs, les paysages méditerranéens qu’il retranscrit dans ses tableaux lors de sa « période provençale » et pour son goût immodéré de la nage. Il écrira lors de son voyage en Sicile essentiellement dédiée à la nage qu’il la pratique non comme un loisir, mais tel un exercice existentiel témoignant mieux que tout autre de sa relation au monde. 
  • Le photographe LUCIEN CLERGUE : pour le langage charnel de ses photos de nus féminins desquelles se dégagent une sensualité et un désir intenses. Pour la plupart, des photos en noir et blanc qui dévoilent parfois jusqu’aux grains de la peau de ces corps de femmes allongés sur les sables des paysages du sud. 
  • L’actrice MAIWENN : pour son mélange de force et de douceur, sa liberté, son désir de recherche d’identité.

Ses adresses favorites :

  • LA KIMA à Sanary/mer. Pour ses airs de crique sauvage grecque.
  • CAFÉ de L’ORMEAU à Ramatuelle. Pour ses délicieux et copieux petits-déj’ sous une tonnelle de verdure. Une fois installés, on ne veut plus en partir !
  • LA FONDATION CARMIGNAC à Porquerolles. Pour la beauté et le calme. Ce lieu, dédié à l’art, baigné dans une nature aux odeurs méditerranéennes nous offre une visite pieds nus, les sens pleinement en éveil.
  • LE MANOIR à Port-Cros. Un très joli chemin de terre pour accéder à ce domaine dans lequel la demeure aux façades blanches (transformée en hôtel), les Eucalyptus, lauriers roses et palmiers centenaires nous plonge dans une ambiance hors du temps.
  • CIEL à Marseille. Pour cette vue époustouflante sur les toits de la ville, cette lumière changeante au fil de la journée et ce si bon goût d’Italie dans la bouche !

L’intégralité de ses pièces est à trouver sur son profil Instagram. En effet, il suffit de la contacter et de choisir votre pièce favorite : @lafilledetipaza.

Recommended Articles

Laisser un commentaire