Aeternam, la marque de bijoux qui pose le regard sur les objets oubliés

La création se manifeste sous différents angles. Elle prend vie une fois que nous osons assumer nos dons, nos talents et nos capacités. Delphine a lancé il y a peu sa marque Aeternam Marseille, une collection de bijoux créée à partir d’objets oubliés. Nous lui avons posé quelques questions.

La créativité se trouve partout dans notre quotidien et elle peut être libérée à tout moment si on veut bien lâcher prise. Il faut savoir oser faire le premier pas afin d’entrer dans le moule fait uniquement pour nous. Peu importe s’il ne ressemble à aucun autre, au contraire, ce n’est pas anodin.

Être, vivre et accepter notre unicité fait parti du processus qui permet à la créativité de prendre sa place. Nous sommes tous uniques et nous pouvons tous apporter notre pierre à l’édifice si nous décidons de croire que nous pouvons répondre à un besoin.

Après 5 années de travail, Delphine a décidé de jeter le regard sur ces objets du quotidien quelque peut oubliés.

Aeternam Marseille né alors de cette intention de rendre toute la noblesse qui leur est due à ces petits riens. Un projet personnel, créatif et dans l’air du temps qui représente la personnalité et le caractère de Delphine.

C’est en tant que technicienne de la protection des métaux ou traitement de surface : relatif au plaquage sur des métaux de bases tels que le cuivre ou encore le métal afin de les faire perdurer. Leur utilisation peut s’avérer être technique ou esthétique, par exemple la bijouterie.

« Je veux mettre mon expertise et mes années de pratique dans les métaux pour redonner une seconde vie à des objets métalliques anciens. J’apporte également un second sens en les transformant par exemple ici avec la première collection “Money Money Money” en bijoux.

Redonner la part belle à des objets anciens, le but que s’est fixé Delphine avec sa marque Aeternam

Le processus de fabrication s’oriente sur différentes étapes. D’abord, Delphine chine les pièces dans des brocantes. La première difficulté se trouve dans la recherche d’une même pièce afin de créer une série pour proposer du choix pour le même modèle.

Ensuite, elle s’occupe du polissage. Ce système permet de nettoyer la patine présente sur la surface de la pièce. En effet, Delphine sépare la saleté et l’oxydation accumulée au fil du temps pour que la pièce puisse être étincelante. Elle s’est associée avec un graveur aixois afin de procéder à la numération des bijoux, mais encore à la gravure du logo.

Direction Aubagne, dans une usine de traitement. Celle-ci s’occupe des plaquages en argent et or (or 14K de 5 microns et en Argent de 10 microns). Enfin, Delphine s’occupe de l’assemblage pour créer le bijou final. Cela comprend l’anneau, la pièce et les chaînes. Un temps considérable pour fabriquer ces joyaux avec des pièces Anglaises des années 70, Japonaises du XIXe et XXe siècle ou encore des espagnoles date du XIXe.

“Je suis née dans une famille catholique. Je ne suis pas pratiquante, mais je sais que j’ai été influencée par cette religion. Néanmoins, je reste attirée par la spiritualité. En effet, je pense que nous n’avons pas besoin de suivre de règles pour se rapprocher de Dieu. Pour conclure, je dirais que Dieu est partout, dans la beauté des choses, dans les gens.”

Les personnes qui l’inspirent le plus
Ses adresses favorites

Découvrez d’autres artisans et créateurs méditerranéens ici
Découvrir les COLLECTIONS PHOTOGRAPHIQUES

Recommended Articles

Laisser un commentaire