Maryline Bellieud-Vigouroux, une entrepreneuse qui a la Méditerranée dans le coeur

La mode méditerranéenne rayonne et Marseille en est la capitale. Maryline Bellieud-Vigouroux est l’une des figures impactantes de ces dernières années en ce qui concerne la mise en avant de créateurs et designers du sud. Il s’agit en effet d’une femme qui a entreprise et qui a osé se battre afin que la cité phocéenne soit positionnée comme un pôle attractif culturel et artistique.

Maryline Bellieux-Vigouroux a eu le courage d’assumer ses convictions. Elle a permis à Marseille d’être la ville qu’elle est aujourd’hui. En effet, après avoir fondé un Musée de la Mode au Château Borély dans le 8e, la Maison Mode Méditerranée, Maryline créé également une licence et un masters des métiers de la mode.

Ses actions ont contribués à une magnifique mise en lumière du sud de la France et de la Méditerranée. Par conséquent, nous lui avons posé quelques questions et nous avons été inspirés par ses réponses humbles, authentiques et naturelles.

Laissez-vous inspirer,

Ichtus Magazine
Présentez-vous en quelques lignes.

Maryline Bellieud-Vigouroux

Je suis née à Marseille d’une famille native du sud de l’Europe, mère de deux filles et aussi grand-mère.

Ichtus Magazine
Dès 1986, vous vous êtes fixé comme objectif de faire de Marseille une ville de mode en créant la Maison Mode Méditerranée, ou encore le musée de la mode et son fond patrimonial. Comment décririez-vous ces expériences ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Il faut resituer le contexte en 1986. J’ai 30 ans je suis maman de deux filles âgées de 10 ans Sophie et Aurélia 6 ans. Un mari Professeur de Neurochirurgie et élu de la municipalité de Gaston Defferre qui décède accidentellement en mai 1986. Mon mari lui succède à l’hôtel de ville pour un mandant de 3 ans. Il en fera 9 au total. Ce fut mes débuts dans l’engagement public avec la ferme volonté de contribuer à la nouvelle image de Marseille, tant sur le plan économique que culturel.

J’achète souvent des vêtements au cours Julien, quartier Bobo, bien avant que ce terme devienne à la mode où de jeunes griffes associées à leur marque, une appartenance liée à la Méditerranée, ZAZA of Marseille, Casablanca… etc. Je connaissais aussi la renommée des marques de mode installées à Marseille, fondées par des familles issues d’une immigration géopolitique italienne, Arméniens et d’Afrique du Nord.

Je me suis lancé un challenge. En effet, j’ai voulu donner à ces entrepreneurs acteurs, la place qu’ils méritaient. J’ai fait entrer la mode dans le carré des VIP.

C’est à Paris, sur les conseils de mon amie Edmonde Charles-Roux, que je suis allée chercher des soutiens majeurs auprès des grandes signatures de la mode. Azzedine Alaïa, Pierre Bergé, Yves Saint Laurent, Chanel, Christian Lacroix, entre autres.

En effet, je leur ai présenté un concept global de décentralisation culturelle et économique avec : la création d’un Musée contemporain de la Mode et celui d’une institution dédiée aux marques émergentes et confirmées, installés à Marseille et dans la région sud.

Le côté inédit de cette initiative a fait l’unanimité auprès des pouvoirs public, mais encore de l’État français, grâce au Président François Mitterrand. La région Sud, le Département, et la Ville de Marseille, ont également participé financièrement à la réalisation de l’Espace Mode Méditerranée.

Les premières collections du Musée de la Mode ont été acquises grâce à du mécénat et grâce à la générosité des couturiers, créateurs ou donateurs. Trois d’entre elles illustrent mes plus belles expériences : Convaincre — Fédérer — Transmettre

Convaincre le couturier Azzedine Alaïa de présider la Maison Mode Méditerranée. Son engagement se traduisit aussi par la donation au Musée de la Mode de plus de cent ensembles accessoirisés. Il a été mon maître absolu et, malgré son absence, dans ce que j’entreprends, il est toujours présent.

Extrait d’interview d’Azzedine Alaïa en 1989 :

“J’ai découvert Marseille et cette ville m’a séduit. Son ouverture incomparable sur la Méditerranée — et plus largement sur le reste du Monde — en fait un port d’attache pour la création méridionale. Les jeunes créateurs d’Espagne, d’Italie, de Grèce, d’Israël et tant d’autres pays encore trouveront à Marseille un lieu d’accueil, un point d’échange et de rencontres. Cette dimension internationale est aujourd’hui indispensable.”

Fédérer le mode industriel pour acquérir 24 modèles exceptionnels et plus de 100 accessoires créés par Mademoiselle Chanel. 

Ils furent l’objet en 1989 de la première exposition de Mode au Château Borely « Chanel Passé Présent », une confrontation et une réinterprétation imaginée par Karl Lagarfeld. La mise en scène a été faite par un jeune architecte Jean-Michel Wilmottte. L’année suivante, l’exposition s’est poursuivie à l’international, au Japon.

Transmettre et partager la connaissance des métiers de la Mode auprès de créateurs, d’étudiants, d’enseignants et chercheuses pour enrichir les formations initiales dispensées dans notre Région. En effet, nous avons créé en 2006, en partenariat avec Aix-Marseille Université (AMU), une licence, puis en 2010, deux masters management des métiers de la Mode.

Ichtus Magazine
Qu’est-ce que cela vous a apporté en tant que femme ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Je me suis épanouie dans un parcours choisi dans ma capacité à porter des projets, à les partager, pour atteindre les objectifs dans l’évolution et la prise de parole des Femmes, dans un métier parfois connoté futile ou frivole.

Ichtus Magazine
Vous avez côtoyé de grands couturiers et portez de belles pièces de mode. Quel est, selon vous, le meilleur moyen de rester chic ? 

 Maryline Bellieud-Vigouroux

J’ai toujours privilégié « le laisse is more » sans trop suivre les diktats des tendances. Il faut adapter sa silhouette à sa morphologie et surtout à son âge. Il me semble que le vrai chic réside dans cette équation à laquelle il faut ajouter notre envie de porter des pièces aujourd’hui de marques engagées dans le développement durable. 

Ichtus Magazine
Quelle est votre définition de la Méditerranée ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Je partage la vision de l’historien de la Méditerranée, Fernand Braudel, “La Méditerranée est la seule zone du monde à rassembler des cultures multiples tout en les revendiquant communément. Cette identité unique, autant sur les plans géopolitiques que culturels, se retrouve dans toute l’histoire de Marseille, mais aussi dans le mode de vie unique qu’adopte cette ville à la croisée des routes maritimes, européennes et méditerranéennes.”

Ichtus Magazine
Vos connaissances en mode ont affûté votre regard et votre sens du style. Quelle est votre définition du luxe ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Ma définition est très populaire et pas inaccessible. Le luxe c’est la liberté d’être soi même.

Ichtus Magazine
Quel conseil donneriez-vous à une femme qui souhaiterait lancer sa marque de mode ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Le meilleur conseil, comme je l’ai toujours fait, c’est celui de l’encourager, de l’écouter et de l’aiguiller dans sa stratégie, s’il manque des points oubliés. Un élément essentiel, lui ouvrir mon carnet d’adresses et rester à son écoute. Je constate aujourd’hui que les femmes entrepreneuses sont mieux formées. Elles sont effectivement diplômées des grandes écoles avec souvent un parcours international. Forcément leur projet bénéficie de leur connaissance. 

Ichtus Magazine
Quelle est votre plus belle leçon de vie ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Elle est peut-être à venir, mais ma plus belle leçon de vie aujourd’hui est d’avoir contribué à un label Mode Marseille Méditerranée international.

Ichtus Magazine
Quelles sont vos 5 adresses favorites à Marseille ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

  • La Grèce —Mon ressourcement me promener au Goudes et faire un stop chez mes amis Caroline et Jean Christophe Pelletti Bunker des calanques
  • L’Orient —Notre Dame de la Garde admirer Marseille à 360 degrés les mosaïques et acheter les médailles.
  • Naples — le Panier savourer une pizza Chez Étienne de père en fils et embrasser mon amie Annie
  • Afrique du Nord, l’Espagne — la boutique Honoré Déco Annick Lestrohan et ses filles Stéphanie, Ingrid elles travaillent avec les meilleurs artisans (notre Agnès B marseillaise)
  • Le quartier de la Belle de Mai — là où César est né il y a 100 ans. La Friche la plus belle renaissance culturelle d’une manufacture de Tabac.

Ichtus Magazine
Quels sont vos projets à venir ?

Maryline Bellieud-Vigouroux

Dans la continuité des valeurs qui portaient la Maison Mode Méditerranée depuis 30 ans, nous avons créé le Fonds de Dotation Maison Mode Méditerranée. Il s’engage à faire émerger de nouvelles formes de philanthropie, à rassembler des acteurs et des compétences pluridisciplinaires, au carrefour de la mode et de la société, de la création et de l’action culturelle. 

Par ailleurs, nous mettrons en ligne sur notre site, fin décembre 2021, l’appel à projets 2022-2023 pour sélectionner de nouvelles candidatures incluant une mode éthique, responsable, à la fois artisanale et technologique, locale et innovante (craft, tech, care, give-back). 

Par conséquent, tous les projets soutenus contribuent à développer des passerelles entre l’Europe, l’Afrique et les pays du bassin Méditerranéen, et favorisent les échanges et la transmission des savoir-faire patrimoniaux.

Ichtus Magazine
Citez 5 femmes à succès qui vous inspirent quotidiennement.

Maryline Bellieud-Vigouroux

  • Marie Curie, première femme à obtenir en 1903, le Prix Nobel pour la découverte du Radium 
  • Ensuite, Mère Teresa, Prix Nobel de la Paix, et béatifié en 1903, a voué sa vie auprès des plus déshérités.
  • Simone Veil, pour son courage et son engagement à faire voter la loi de 1975, relative à l’interruption volontaire de grossesse.
  • Mademoiselle Chanel, c’est l’ascenseur social d’une femme avant-gardiste, visionnaire d’un concept global dans l’univers de la Haute Couture. Par la simplicité de ses coupes, le choix de ses matières et des accessoires, elle a révolutionné le vestiaire féminin. Et à 71 ans, elle impose son nouveau style qui deviendra classique avec son tailleur de tweed, complété par une blouse de soie, des chaussures bicolores et le sac matelassé à chaîne dorée, le 2.55.
  • Enfin, Joséphine Baker, son exotisme, a été une force dans toutes ses luttes en tant qu’artiste, patriote et mère de 12 enfants adoptés de nationalités différentes. Elle s’est battue contre toutes formes d’exclusion, de racisme et d’antisémitisme. Le Panthéon accueille une héroïne.

Par ailleurs, il est également possible de découvrir l’abécédaire de Maryline.

Découvrez d’autres témoignages inspirants.
Enfin, découvrez nos collections photographiques.

Recommended Articles

1 Comment

  1. […] Maryline Bellieud-Vigouroux, Présidente du Fonds de Dotation Maison Mode Méditerranée (interviewée par Ichtus Magazine en fin d’année 2021). […]

Laisser un commentaire