Mazargues : le quartier marseillais renaît de ses cendres

Mazargues est un quartier riche de son histoire et de ses commerces. De nouveaux magasins privilégiant le local et le naturel émergent de plus en plus depuis 2020. Afin de redynamiser le quartier, ces commerçants ont rejoint une association. Ils travaillent tous en prônant des valeurs telles que la solidarité, l’entraide ou encore le partage. Par conséquent, Ichtus Magazine est allé à leur rencontre afin de découvrir leurs créations, mais encore afin de savoir ce qu’ils proposent pour la Saint-Valentin. 

Mazargues est un ancien village ayant construit son identité grâce à son artère principale : la rue Émile Zola. Célèbre pour son obélisque, l’église Saint-Roch et le cimetière militaire allié, contigu au cimetière civil de Mazargues. En effet, l’obélisque de Mazargues se trouvait à l’origine sur la place Castellane, où il avait été érigé en 1811 en l’honneur de la naissance du Roi de Rome, le fils de Napoléon Ier. Il a été déplacé jusqu’à Mazargues en 1911 pour laisser la place à une fontaine merveilleuse.

accessoire, cosmétique et hygiène

Les Perles de Paline

Pascale est la Présidente de l’association des commerçants de Mazargues. Installée depuis plusieurs années, elle est propriétaire de la boutique « Les perles de Paline ». Avec 170 commerçants à Mazargues, 35 travaillent activement dans l’association. Cette redynamisation du quartier est en effet capitale pour cette commerçante.

« Nous souhaitons rassembler cette communauté commerçante qui a envie de promouvoir Mazargues ! » Explique-t-elle.

« L’idée était de donner une image avec le cœur du village de Mazargues en montrant ses différents commerces. Nous avons déjà réalisé beaucoup d’animations. Il y a une volonté de sortir le village de la banalité. »

Dans sa boutique, Pascale propose toutes sortes de bijoux en perles qu’elle fabrique elle-même. Bracelets, colliers, accessoires à base de perles tissées à l’aiguille… Cette créatrice vend également des perles des matériaux permettant de confectionner soi-même ses bijoux. L’objectif ? Amener les gens à créer ! Nous retrouvons donc des perles de Bohème, de Miyuki et de Swarosvky et divers accessoires utiles à la vente. Le late-motiv de Pascale est également la solidarité envers les autres artisans.

« L’an dernier, la marchande de laine a dû fermer. J’expose donc sa marchandise ici ainsi que les créations d’un potier marseillais. »

Pour la Saint-Valentin, la Perle de Paline propose donc des bijoux tissés à la main de qualité, en forme de cœur, collier en acier inoxydable avec des pierres semi-précieuses, bracelets à bas prix.

Bazar Naturel

Clémence est propriétaire de la boutique Bazar Naturel, ouverte il y a plus d’un an. Ce concept store promeut le naturel et évidemment le zéro déchet. Ici, on trouve une gamme de cosmétique biologique naturelle, des produits d’hygiène pour le corps, gels douche, savons, liquides vaisselle en vrac. Il y a aussi des accessoires autour de la maison, salle de bains, cuisine, brosse pour le corps, dents, etc.

Des gourdes et des emballages alimentaires sont également en vente. Pour le côté lifestyle, nous pouvons trouver des bougies, des diffuseurs d’ambiance, et même des vaporisateurs !

« Le but est de travailler avec des entreprises françaises, locales, des marques telles que Comme Avant, Anoverway, Sapeau Marseille, etc. Des entreprises locales afin de garder une proximité et de favoriser la création du sud. Je privilégie également le sans plastique, sans emballage si ce n’est du verre, de l’aluminium, du carton ou des choses qui se recyclent très bien. »

Même si elle ne fabrique pas, Clémence choisit scrupuleusement ses produits. Elle sélectionne les marques et les fournisseurs afin de respecter ses convictions jusqu’au bout.

« Je travaille essentiellement avec des artisans et des entreprises locales. Le cosmétique également provient de l’artisanat. Mes producteurs sont pour certains basés sur Marseille ou bien ses alentours. C’est important de faire travailler l’économie locale. »

Nous retrouvons en produits :

Des entreprises déjà connues ou qui se lancent, pour la plupart familières à la propriétaire.

« Avant d’ouvrir ma boutique, je les connaissais déjà, car j’en consommais moi-même. Pour le reste, ce sont des découvertes sur internet ou des contacts avec d’autres boutiques. Cela fait un point de vente au lieu de commander sur internet. »

Pour la Saint-Valentin Bazar Naturel conseille une huile sèche « Endro », une marque bretonne, pour les massages. Dans un aspect plus intime, Clémence suggère une candle box à la fleur d’oranger.

Le Gypso

Maryline a repris depuis peu la boutique. Toute l’année, Gypso propose des fleurs fraîches et des produits originaux, de qualité. Il y a beaucoup de plantes, avec une large diversification. Ce commerce fait de l’évènementiel, avec quelques mariages prévus pour 2022.

« J’essaie toujours d’avoir du choix, de la qualité, et pour toutes les bourses ! Je me rends très souvent au marché. »

Plusieurs espèces de plantes sont présentes, comme des bonsaïs, diverses variétés de plantes grasses. Cette fleuriste commande des plantes et fleurs à l’international, car la variété locale est peu diversifiée. « J’ai commandé des fleurs d’Italie, de la Hollande, des roses d’équateurs, de Colombie… Là nous avons fait un partenariat avec l’Occitane qui nous a commandé des petits bouquets de mimosas. »

Dans ce commerce, il y a des compositions qui changent de l’ordinaire telles que des roses éternelles, des oursons… « Je fabrique tout moi-même avec mes deux collègues. »

« Je suis à l’écoute des jeunes et de certaines personnes en fonction de ce dont ils ont envie ! J’essaie toujours de trouver le petit truc qui va changer ! » Pour la Saint-Valentin, Maryline collabore avec ses collègues de quartiers. Avec le caviste Arsouille elle a créé des compositions avec des roses et du champagne. « On partage il y a un bon dynamisme ».

Même si la rose rouge demeure le plus rependue, cette fleuriste a choisi de se démarquer. « J’ai fait des petits cœurs, de belles amaryllis. Nous avons fabriqué des coffrets cadeaux. Je ferais aussi des tartes avec des fraises fraîches et des roses rouges ! Des macarons… j’aime me diversifier. »

Bien être by M

Dans cet institut, Magali propose des épilations, des massages, des soins du visage. Il est également possible de faire des soins pour l’amincissement, l’affermissement, et idem pour le visage. « Nous avons 4 marques différentes de produits pour le visage, pour le corps ! » explique Candice, esthéticienne.

L’ensemble des produits proposés sont made in France. « Ils viennent de Paris, Bretagne, surtout le nord de la France. » Pour la Saint-Valentin, ce commerce a aussi misé sur la collaboration avec ses voisins.

« Nous avons fait une offre avec la pâtisserie Marie Rebuffat. Nous proposons un massage au cinq mondes avec un gâteau. Cela comprend 4 macarons ou bien 2 gâteaux et 4 macarons. »

La bonne table de Mazargues

Maison Marin

Aurélie est propriétaire de la fromagerie la Maison Marin. Formée chez un meilleur ouvrier de France à Toulouse, cette passionnée de formages a ouvert en octobre 2020.

« Mazargues est un vrai petit village au cœur de Marseille, familial et courtois. » Explique-t-elle.  « J’essaie de valoriser toutes les régions à travers mes fromages. C’est essentiellement du fermier. Je passe en direct pour quelques fromages de saison. »

La fromagère est toujours à la recherche de meilleurs produits.

« Tous les étés je pars à la rencontre de petits producteurs vers Roquevaire, Aubagne, Auriol… Je travaille également en collaboration avec un meilleur ouvrier de France sur Lyon qui me conseille sur certains producteurs, sur les fromages à valoriser. »

Autre avantage ? Aurélie privilégie la saisonnalité.

« Je tourne sur la saisonnalité. Chèvres, brebis, vaches, fermiers à 95 %, fromages de France, quelques-uns d’Italie, d’Angleterre… J’essaie de me diversifier et je suis contente que beaucoup de jeunes se lancent dans ce métier, souvent prisonnier d’une vision ancestrale. » 

Le retour à l’artisanat et au local est un constat prégnant que cette fromagère fait au quotidien.

« Il y a un vrai intérêt, les gens sont curieux, posent des questions.  Ils aiment savoir ce qu’ils mangent, comment c’est fabriqué et je suis là pour ça ! »

La maison Marin vend aussi du beurre et des yaourts fermiers de producteurs. 

« Je vends des yaourts de mon producteur de beurre des deux Sèvres. Il me fait du beurre cru, demi-sel et nature. Il propose donc des yaourts fermiers au lait de vache nature ou bien avec de la confiture, des yaourts au lait de brebis. Vous avez aussi les flans à la vanille, au caramel et au chocolat, ainsi que de la mousse au chocolat, une crème dessert café et du riz au lait. »

Pour la Saint-Valentin, Aurélie propose des plateaux personnalisés décorés, mais aussi adaptés aux budgets. L’idée est de proposer tous les types de laits (chèvre, brebis, vache) avec les ordres de dégustation. Des chèvres du Berry en forme de cœur sont disponibles en boutique.

Pour monter en intensité le Neuchâtel, de la vache, un camembert bien fait, tendre et fruité de Normandie. En partenariat avec le caviste Astouille, elle vend ses bouteilles de vin blanc sec domaine de la Fessardière. Ces dernières se marient bien avec les pâtes dures.

Chut ça mijote

Chez Laurence et son mari, c’est le principe du restaurant à la maison. Apéritifs, soupes, entrées et plats sont livrés chez vous sur Uber Eat et Delivroo. Tout est préparé avec des produits frais, sans restauration sur place.

« On ne met pas d’additif, pas de conservateurs, tout est frais ! Nous avons une DLC (Date limite de consommation) de trois jours en moyenne. »

« Nos produits sont renouvelés en permanence ! Le plus possible du local ! »

Dans un esprit écologique, les emballages sont recyclables.

« Nous essayons d’avoir des produits originaux. C’est du simple et du bon. »

Ces natifs de Mazargues ont ouvert en 2020 ce traiteur familial. « Nous avons eu des affaires en bord de mer, en centre-ville. On avait envie de quelque chose de plus tranquille. On a pensé à ce système-là en proposant de la nourriture saine. »

Pour la Saint-Valentin, Chut ça mijote propose un menu varié. « Deux entrées au choix sous forme de verrines. Deux plats au choix (un terre et un mer). Des gnocchis artisanaux, des pignons de pin, du pesto et de la burrata. Des tagliatelles à l’encre de seiche, chair de crabe, sauce à la bisque de homard. En dessert on a prévu un fondant au chocolat ou un cupcake. »

Le fromage de la Maison Marin est également disponible, et une rose en cadeau avec un petit sachet de chocolat Jeff de Bruges. Tout est à récupérer sur place.

Épicerie la Paysannerie

Dans cette épicerie, Caroline met en relation directe les clients avec producteurs de la région.

« Je travaille avec des producteurs des Bouches-du-Rhône et je vais dans les Hauts de Provence pour mon fromage et la charcuterie. »

Idem pour les fruits et légumes, où elle va elle-même les chercher.

« Local et de saison évidemment ! Que de la pleine terre, je travaille avec des producteurs qui ne traitent ni la terre ni leurs produits. »

La charcuterie et les fromages proviennent des Alpes de Hauts de Provence. Elle vend aussi des pâtes fraîches qui viennent de la pointe Rouge.

« J’ai des produits qui viennent de plus loin, mais qui sont transformés chez nous. Mon café est torréfié à Aubagne par un jeune homme qui s’appelle Laurent et qui torréfie depuis un an. Mon chocolat c’est La Baleine à Cabosse rue Paradis… »

Le côté sucré de Mazargues

Marie Rebuffat

Marie propose des pâtisseries remarquables sans gluten ni lactose ! Cette pâtissière a ouvert il y a 7 mois dans la rue Émile Zola de Mazargues.

« Ici on propose une gamme de pâtisseries fines avec 5 ou 6 propositions toutes les semaines. Nous proposons une variété qui change tous les week-ends. Il y a des éphémères que l’on fait le vendredi, samedi, dimanche. » Précise la jeune femme.

Une très large gamme de biscuit est aussi disponible.

« Cookies, cakes, banana bread, granola, canistrelli, financiers que l’on change aussi régulièrement ! »

Tout ce travail est effectué par Marie et son apprenti dans l’atelier ainsi qu’une autre personne chargée de la vente, de la comptabilité et des papiers.

Ici encore, les produits de saison sont privilégiés.

« Nous avons une petite carte, car nous travaillons essentiellement avec des produits de saison et frais. C’est pour cela que nous changeons régulièrement. J’aime surtout que les gens qui viennent découvrent des nouveautés toutes les semaines. »

Un engagement qui lui demande du travail et du renouvellement au quotidien.

« L’intégralité de nos créations sont faits-maison. Le jour même, avec ces produits ! »

Pour la Saint-Valentin, le programme, très original, est déjà ficelé en collaboration avec l’institut bien être by M.

« Magali propose un massage avec une huile et on a voulu créer un dessert qui reprenne les notes aromatiques de son massage. Cela sera autour de la vanille, de la madeleine et des agrumes. On a proposé un gâteau avec un biscuit madeleine au citron, un croustillant aux amandes et chocolat blanc, crémeux vanille avec citron, orange, et une ganache montée vanille. »

L’univers des douceurs

Dans cette entreprise familiale, des gâteaux d’évènementiels sont réalisés depuis septembre 2020. Tout est réalisé façon US, même le local ! Le petit plus ? Tout est réalisé à base de produits frais et locaux. Il n’y a en effet qu’à passer commande et venir récupérer.

« Nous couvrons toutes sortes d’évènements. Nous faisons toutes les petites mignardises, les cupcakes, les donuts, les cookies, tout ce qui a attrait au sucre ! Mon mari est pâtissier, il réalise tout lui-même. » Explique Christelle.

Pas de pâtisseries traditionnelles, seulement celles qui sortent de l’ordinaire et qui a attrait à l’événementiel.

« Pâte à sucre ou non, associations de saveurs avec fruits frais… Cela dépend de ce que le client veut ! Pas de base fixe, on s’adapte en fonction de la volonté du client et n’importe quelle décoration. »

L’univers des douceurs va bientôt être disponible sur Uber Eat et Just Eat pour proposer des livraisons à domicile.

Jeff de Bruges

Comment oublier l’éthique environnementale dans laquelle s’est inscrite Jeff de Bruges ? Les fèves de cacao utilisées pour la fabrication du chocolat de couverture proviennent des exploitations en Équateur.

Avec ces étagères et son comptoir bien achalandé, le choix est multiple. Implantés rue Émile Zola, Marc et Sylvie se préparent à la Saint-Valentin.

« Nous nous sommes tournés sur des coffrets Saint Valentin. » Explique Marc.

Dans cette boutique, on propose des coffrets en forme de cœurs, mais aussi des chocolats où l’on peut graver des mots d’amour.

« J’en fais toujours à l’avance, mais c’est à la demande. J’écris ce que mes clients veulent ! »

Mazargues avec une touche artistique

Galerie Terre de Calanques

Marick est sculptrice et détient cette galerie avec Jean où elle expose ses créations à Mazargues. Elle donne également des cours le mercredi et jeudi après-midi dans son local.

« Je donne beaucoup de liberté. On parle également d’art thérapie et je pense que cela fait du bien à certaines personnes de travailler la terre. »

Cette dernière est également peintre. Nous pouvons admirer à l’intérieur de sa galerie plusieurs de ses peintures.

« J’ai exposé mes œuvres en décembre d’une part, puis 4 fois dans le centre-ville pour mes sculptures sur le Vieux-Port d’autre part. »

Des modèles viennent directement poser. « Nous appelons des étudiantes ou un modèle professionnel. On fait tout de A à Z et ensuite on cuit dans le four. Tout est fait sur place. »

Pour la Saint-Valentin, pas de propositions spécialisées puisque les sculptures sont déjà très romanesques. 

Maison Cassar

Dans ce commerce Sophie, créatrice en céramique, vend sa poterie axée sur les arts de la table, peinte évidemment au pinceau.

« Je fais des petits motifs d’insecte ou de poisson sur ce que j’ai créé et que je décore moi-même. Des objets de décoration également, vases, têtes d’animaux qui s’accrochent au mur. »

Sophie travaille avec une technique particulière.

« J’aime le côté mat et brillant, le contraste. Ma technique vient de l’Antiquité Greco romaine. Je fais décanter de l’argile qui a la propriété d’être étanche. C’est légèrement soyeux, car je polis un peu. Je colore et j’émaille seulement l’intérieur. C’est adapté à la vaisselle culinaire. » En plus de ces activités, Sophie anime des ateliers de céramique.

« J’apprends le modelage, le tournage et la décoration à des personnes adultes ou à des enfants ainsi qu’à des personnes en situation de précarité ou aveugles et déficients visuels. »

Maison Cassar, sa marque a été déposée en 2019. « J’ai trouvé un style qui me convient et qui me ressemble. J’ai ces deux entités : les ateliers et mes produits que je crée et vends. »

Pour la Saint-Valentin la créatrice propose de surcroît des duos de tasses, de coupelles, etc.

Elle propose également des bijoux d’Emmanuelle Atelier basée dans le centre-ville. Fabriqués entièrement à la main avec des fleurs séchées, de la résine dorée à l’or fin.