Peintre à Marseille, les créations originales d’Hervé Sordillon dévoilent l’essence même de ce qui compose son environnement, ses expériences, mais aussi ses croyances. Conversation à cœur ouvert avec cet autodidacte authentique.

Originaire du Beaujolais, Hervé monte à la capitale pour construire sa carrière professionnelle. Il décide à un moment charnière de sa vie de descendre dans le midi, où il vit depuis 8 ans. La lumière du sud et son style de vie poussent l’artiste à venir s’installer à Marseille. La grande ville portuaire très cosmopolite le conforte dans l’idée que la cité phocéenne est une ville résolument ouverte et libre. Contrastée, Marseille l’attire par son paysage entre mer et terre, entre quartiers sud et quartiers nord. Elle est à la fois ville et village.

Issu d’une famille artiste, Hervé développe une appétence pour le monde de l’Art et particulièrement pour la peinture. Il expérimente cette forme artistique en explorant différentes techniques sur toile jusqu’à en faire son activité. Par ailleurs, son chemin de vie l’invite à sonder différentes formes de spiritualités, ce qui le conduit inexorablement à peindre ce qu’il teste. En effet, c’est à l’âge de 20 ans qu’il crée pour la première fois son propre tarot à l’aide du dessin. 

La peinture fait partie de la vie du virtuose avec une intensité croissante depuis 10 ans. Natures mortes, portraits, moines tibétains, mais aussi des nus ou encore atmosphères provençales, l’esthète peint ce qu’il vit et ce qu’il aime. Sa technique est maîtrisée et contrastée. En réalité, ce touche-à-tout utilise de nombreuses méthodes afin d’exprimer ce qu’il ressent d’une manière singulière. Clair-Obscur, chromatique, matière et pigments variés composent effectivement son travail.

Je pense que la peinture devrait être au service de l’artiste, et pas l’inverse. C’est pourquoi je m’aventure à peindre autant de thèmes si différents. 

Hervé Sordillon

Une aventure artistique qu’Hervé teste et vérifie en complète autonomie. 

Peu importe ce qu’il vit ou les émotions qu’il ressent, le peintre s’en sert comme canal d’inspiration. En fait, Hervé Sordillon peint ce qu’il est, ce qu’il voit et ce qu’il éprouve. C’est pourquoi l’identité de ses œuvres est si vaste. Il est possible d’observer ses travaux et d’être interpellé par différentes formes de beautés. En effet, les toiles se dévoilent tantôt très puissantes, presque dérangeantes, tantôt très sensibles, voire poétiques. L’Art est un langage et c’est justement par ce moyen de communication que le portraitiste/paysagiste véhicule ses messages. Finalement, tout dépend de son vécu et de la saison dans laquelle il se trouve. Une fois l’ambiance de son être interne jaugée, il décide de la technique qui correspond le mieux à cet univers émotionnel. 

Grâce à la peinture, Hervé se recentre et vit le moment présent. Cette activité de pleine conscience suspend le temps et le met en retrait du monde profane. Il n’y a que lui et sa pratique qui compte à ce moment-là. Complètement libéré, il a l’impression de se retrouver et d’être vraiment lui le temps de quelques heures. Il sait que son identité fait également partie de sa manière de créer et l’autorise à transmettre des messages grâce à son art. Cette réalité l’amène à comprendre qu’il fusionne avec sa passion d’une manière très particulière.

Calme, paix, et sérénité définissent l’atmosphère de la pièce et de son cœur pendant la création de ses peintures. 

En réalité, la technique vient appuyer le message que j’ai envie de transmettre. Cela permet à mon intention de se clarifier. Ce qui me permet de créer une œuvre cohérente et pertinente. 

Hervé Sordillon

Ses toiles traduisent donc une idée ou un désir, mais il est intéressant de remarquer que cela résonne différemment chez les autres. Quand il peint, Hervé Sordillon entre dans une sphère qui s’apparente à de la méditation. Cet état qu’il caractérise de « flow » le positionne d’une manière unique vis-à-vis de son travail. En fait, ils ne font qu’un. Cela étant dit, la peinture ne lui permet pas d’être plus spirituel, mais plutôt l’inverse. C’est parce qu’il est spirituel que sa peinture l’est. Son cheminement ancre son art en fonction des étapes qu’il traverse. 

Selon lui, la spiritualité est fondamentalement différente de la religion. Il s’agit avant tout d’un voyage intérieur qui amène à une libération de croyances limitantes. Ces dernières composent nos vies souvent en fonction de l’éducation. Ces fausses croyances délimitent un cadre et façonnent notre vision, celle qui, précisément, donne la direction à notre vie. En effet, si la vision avec laquelle nous évoluons enferme au lieu de libérer, il est de notre responsabilité de chercher à s’en défaire. Que vous le fassiez avec un être divin ou grâce à une connexion particulière avec les êtres vivants, ou le cosmos, l’essentiel est d’entamer le voyage. 

Selon moi, un être humain ne vaut pas plus que les autres êtres vivants qui peuplent ce monde. Si l’espèce humaine respectait davantage la planète, le pouvoir du « mal » reculerait d’une manière significative. 

Hervé Sordillon

3 livres à lire absolument 

  • Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry : un livre intemporel qu’il est possible de lire à un enfant tout comme à une personne âgée. 
  • Jonathan Livingston le Goéland de Richard Bach : tout comme le Petit Prince, ce livre est intemporel. Le message est universel et traverse le temps.
  • L’Épopée de Gilgamesh : il s’agit de la première œuvre littéraire jamais écrite. Elle est née, il y a 4 500 ans, à Sumer, au bord de l’Euphrate. 

Les 5 adresses lifestyle qui l’inspirent en ce moment :

  • La calanque de Sugiton : un vrai bonheur qu’il faut savoir respecter. C’est un privilège d’avoir des calanques de cette qualité et à proximité. 
  • Le quartier du Panier : des ruelles magnifiques et du street art très inspirant. 
  • Le Persil : un restaurant que j’aime énormément. 
  • Aix et Terra : de merveilleux produits très qualitatifs. Local, bio et très goûteux. 
  • Le Rowing Club : un rooftop fait à l’aide de récupération. L’idée centrée sur le recyclage est très belle. 
  • Chez moi : ma maison est mon cocon. 

Dans le même thème retrouvez notre article

Découvrez nos collections de photographiques.

Nicolas Lopez

Recommended Articles

3 Comments

  1. Elie

    T’a viré Nicolas ? Je me rappelle de toi a l’église et là je lis ça entre autre articles et je suis perdu mais qu’est ce qu’il t’est arrivé ?

  2. […] fondateur de l’association Gourméditerranée célébrait le lundi 10 avril l’asperge au Rowing Club. Sa mission est de « mettre en avant les compétences des chefs et producteurs […]

Laisser un commentaire

[instagram-feed]