Interview : la créatrice “Le Baiser de la Mariée”

Nous interviewons régulièrement des artisans et créateurs de la région. Aujourd’hui, nous mettons à l’honneur « le baiser de la mariée ». Une créatrice avec une réelle identité, une passion et une générosité toute particulière. 

Voici son histoire

Ichtus Magazine
Présente-toi en quelques lignes 

Le baiser de la mariée

Hello ! Je suis Cathy née à Marseille où j’y ai vécu les 16 premières merveilleuses années de ma vie. Mumpreneuse de 48 ans, mariée, maman de 3 garçons ! Créatrice du Baiser de la mariée depuis 2 ans, musicienne, rêveuse, j’ai toujours été passionnée de mode. J’ai grandi dans les années 80 alors je peux vous garantir que le look et les accessoires étaient vitaux à cette époque 😂il y a 3 ans en organisant mon mariage je me suis aperçue que les créations d’accessoires fleuris étaient comme une évidence. Depuis je n’ai plus jamais arrêté. Peut être que mon point fort du début, et j’espère encore maintenant, est le goût de l’extravagance et l’imagination. 

Ichtus Magazine
Pourquoi le baiser de la mariée ?

Le baiser de la mariée 

Pourquoi ce nom ? Alors « Le Baiser de la Mariée » est le premier roman d’amour à l’eau de rose que j’ai lu à 11 ans… Ça m’est toujours resté, c’est fou ces amours qui finissent toujours bien et pour la vie, et c’est ce que je crois encore maintenant !!

Ichtus Magazine
D’où viennent tes inspirations ?

Le baiser de la mariée

Mes inspirations viennent de la musique, des peintures de mon père, d’une odeur et oui ça paraît impossible, mais c’est vrai, d’un visage. Pour créer, j’ai besoin d’être dans une bulle ce qui est très différent que lorsque je jouais en concert. J’adapte ma création selon ma musique. Si j’écoute une musique douce, la couronne le sera et si j’écoute une musique rock, la couronne le sera tout autant. Les inspirations te viennent avec l’expérience que tu as, il suffit d’avoir l’imagination pour juste rendre celle-ci réelle. 

Ichtus Magazine
Donne-nous tes 5 adresses marseillaises favorites ?

Le baiser de la mariée 

Mes adresses… Je sors très peu pour des raisons de santé, mais j’aimais beaucoup la plaine j’ai souvent donné des concerts là-bas, l’intermédiaire, la maison hantée ou j’ai pu faire des rencontres musicales exceptionnelles.

Ichtus Magazine
Quel genre de connexion entretiens-tu avec les mariées pour qui tu réalises tes couronnes ?

Le baiser de la mariée 

Avec mes mariées c’est un échange constant. Je suis à la fin de la chaîne. Pas simple comme dernière place, mais les mariées touchent au but ultime, alors il y a sans doute un soulagement mêlé au stress. J’essaie de les faire sourire, on boit un café avec gâteau. Il faut du plaisir aussi. On discute fleurs, couleurs, style. Je suis méditerranéenne, je m’adapte à chaque mariée. Pour celles qui veulent, on se textote. Elles me parlent de leurs doutes, je les réconforte. Il y a avant tout une relation humaine. C’est le côté maman qui ressort sûrement. Je suis comme je suis l’humour et l’envie de faire sourire est mes points forts. Je le revendique et je n’en ai pas honte. 

Ichtus Magazine
La période de confinement à repousser tous les mariages durant la deuxième partie de l’année. Ton activité a-t-elle souffert ?

Le baiser de la mariée 

Cette période de confinement m’a permis de faire un point sur mes créations, sur la société. J’ai été impactée directement par des reports de mariages, d’évènements défilés, shootings. Mais plutôt que de forcer les angoisses et de rester comme l’écrivain devant sa page blanche, je me suis mise au jardinage. Rien ne vaut un potager, des fleurs et des mains pleines de terre pour se rappeler d’où on vient. Je suis privilégiée depuis 4 ans j’ai un jardin donc j’ai pu avoir ce luxe. Tout arrive pour des raisons bien précises. Je crois en l’humain et au destin. On se relèvera plus fort !

Ichtus Magazine
Quelles sont les nouvelles tendances dans le monde du mariage ? Tes couronnes peuvent-elles être utilisées pour autre chose ?

Le baiser de la mariée

Les tendances bougent beaucoup, mais on tire énormément sur les robes bohèmes boho. Le prêt-à-porter est sur ce style également. La couronne fleurie est de rigueur, la robe princesse revient fort ! Les filles ont besoin de rêves, d’être vraiment des princesses. Par conséquent les filles adorent les peignes bijoux avec strass et paillettes. Le Baiser de la mariée crée des accessoires de tête ce qui va de la barrette, du chapeau pour se fleurir tout les jours de l’année et égayer votre tenue jusqu’aux événements importants de vos vies. 

Ichtus Magazine
Quel conseil donnerais-tu a une personne qui veut voir ses rêves se réaliser ?

Le baiser de la mariée 

Je suis une éternelle romantique, amoureuse de la vie. Je crois en la beauté en la bonté de chaque être vivant sur cette terre. Il faut écouter son instinct. Ce que vous êtes aujourd’hui c’est grâce aux bons et mauvais moments d’hier. Il faut y croire, s’accrocher. Quelquefois c’est long, ne pas baisser les bras. 
Au pire mettre de côté, affrontez les obstacles et continuer pour atteindre ce rêve, votre rêve. C’est ce que j’ai fait et ce que je ferai encore. J’en suis qu’au début de MON rêve ! Il n’est jamais trop tard et j’ai 48 ans !

Ichtus Magazine
Quels sont tes projets sur les 5 années à venir ?

Le baiser de la mariée

Pour les 5 ans à venir… Avoir mon CAP art floral je vis au jour le jour, pas simple là lol alors déjà une de mes créations sera sur la tête d’un « Prodiges » de la prochaine saison sur France 2 bientôt sur nos écrans. J’habillerai les têtes de la prochaine collection P/E de la créatrice de mode Chantal B. faire le défilé de la 21 fashions Down au palais du pharo au bénéfice de la trisomie 21 et j’espère que mon amie la créatrice Anthea Ne dri me donnera encore ses cartes blanches pour les accessoires de ces futures collections lol puis des mariées, encore et toujours des sourires et de la joie !

Ichtus Magazine
En quoi Marseille est-elle une ville précurseur dans le domaine de la mode et de l’art selon toi ?

Le baiser de la mariée 

On ne va pas parler des lieux cultes de Marseille que l’on connaît. L’art à Marseille par exemple. Il n’y a qu’à regarder dans nos rues, nos quartiers. Allez vous balader au cours Julien, au panier l’art y est à chaque coin de ces rues. Il faut juste se tenir droit, ouvrir les yeux et observer !

Nicolas Lopez

Recommended Articles

Laisser un commentaire